Livres

Auteur : Christophe LAMIOT
LITTÉRATURE ET HOPITAL
BALZAC, HUGO, SUE

Que nous disent les textes les plus valorisés de notre histoire, quant à ce qu’il est permis d’espérer d’un hôpital, depuis la fin du XVIIIe siècle et l’implication grandissante des pouvoirs publics dans les affaires de mieux-être, puis de santé ?

En quoi ce qu’il est convenu d’appeler littérature diffère-t-il ou ne diffère-t-il pas des propos administratifs tenus alors ?

Y a-t-il un savoir hospitalier que seul le texte littéraire détient ?

Et si oui, comment le qualifier? Inversement, que nous apprend-il (ou rappelle-t-il) quant à ce que nous appelons littérature ?

Dans ce premier volume d’une histoire de la représentation de l’hôpital en France de 1789 à nos jours, Christophe Lamiot esquisse, à partir de Balzac, de Sue, de Hugo - mais aussi via de Watteville, Inspecteur des Etablissements de Bienfaisance - un imaginaire de l’institution au sens large : principe de ce qui fait se tenir choses et mots, arrière-boutique où se fondent les rapports des uns aux autres et de l’un à l’autre.

L’hôpital en littérature est le lieu d’une interrogation portant sur l’apparaître ou l’advenue, en institution, des termes. Inquiet de la relation que l’imaginaire et l’institué entretiennent, il propose une pensée du même.

Peut se dégager alors, en même temps que l’apport de l’hôpital à la littérature, celui, réciproque, de la littérature à l’hôpital et à ses techniques : les textes littéraires offrent un répertoire (toujours ouvert) des formules possibles de la relation entre le cas particulier et le monde sans lequel la singularité ne serait pas ce qu’elle est.

Préface de Gérard DANOU

Collection "SenS Critique"

ISBN : 978-2-908965-15-5
Ouvrage broché, 10,5 x 21 cm, 195 pages
23 euros